Le 29 mai 2018, le journaliste Edwy Plenel, en visite en Haïti, est venu au Manoir des Lauriers à la rencontre des élèves de l’enseignement Sciences  Po du Lycée Alexandre-Dumas et d’élèves de quatre établissements partenaires – Catts Pressoir, Sainte-Thérèse de l’Enfant-Jésus, Cours privé Edmé et École mixte Saint-Alphonse.

Animée par Amélie Pierre (Terminale L au LAD), la rencontre d’une heure trente fut d’une intensité et d’une richesse exceptionnelles.
E. Plenel a été ému aux larmes à l’évocation de sa jeunesse martiniquaise. Dans son propos liminaire, il est longuement revenu sur ces années antillaises, sur les combats de son père, Alain Plenel, alors vice-recteur de la Martinique, dont la carrière fut déterminée par un « non » à la  violence, au racisme et à la colonisation, aux lendemains d’émeutes provoquées par un grave incident raciste. Des combats qui ont marqué son propre parcours de journaliste, tant au Monde, pendant vingt-cinq ans qu’à MediaPart depuis dix ans.

E. Plenel a répondu à toutes les questions (voir document joint), il n’a esquivé aucun sujet. Tout en retraçant l’aventure de son média participatif, il a délivré des messages forts aux élèves. Il les a notamment appelés à s’engager, à s’emparer du numérique pour le maîtriser et exercer pleinement leur liberté d’expression. E. Plenel a aussi expliqué que, selon lui, la démocratie n’est pas seulement le droit de vote : c’est aussi le droit de savoir, indispensable dans les débats citoyens.
En conclusion, E. Plenel a cité l’écrivain martiniquais Frantz Fanon, qui affirmait dans Peau noire, masques blancs (1952) : « il ne faut pas essayer de fixer l’homme, puisque son destin est d’être lâché ». À méditer.


Les élèves de Première et de Terminale de l’enseignement Sciences Po du Lycée Alexandre-Dumas de Port-au-Prince

Questions des élèves